Les 6 erreurs habituelles des dirigeants qui se préoccupent (mal…) de leur retraite

Les 6 erreurs habituelles des dirigeants qui se préoccupent (mal…) de leur retraite

Forts de nos 11 années d’expérience en Expertise et Optimisation stratégique des Droits à la Retraite, nous avons identifié précisément les 6 erreurs à ne pas commettre lors de la préparation de vos futures retraites des régimes obligatoires. 

CES S 6 ERREURS SONT LES SUIVANTES:

ERREUR N° 1 : PROCRASTINER:

C’est-à-dire remettre à plus tard !
A l’approche des 60 ans, il devient impératif de se poser les bonnes questions, et d’avoir la capacité de prévoir, organiser ses retraites, connaitre les futurs montants que vous percevrez… et aussi éviter de passer à côté de dispositifs intéressants qui disparaissent d’année en année.

Par exemple un rachat intéressant, possible aujourd’hui ne sera peut-être plus disponible dans les années futures… cela s’est déjà vu à de multiples reprises.

NOTRE CONSEIL :

Dès 55 – 56 ans, vous devez impérativement penser à vous construire une vraie stratégie retraite, de manière sérieuse et calculée.

Ne faites pas l’erreur de penser que c’est trop tôt, ou que tout se fera “tout seul”, ou naturellement.

Même si vous avez l’impression que c’est trop tôt, il est largement préférable d’avancer concrètement sur le sujet, quitte (si besoin) à mettre à jour ses décisions et ses calculs au fur à mesure des changements réglementaires éventuels, plutôt que de se rendre compte trop tard qu’il aurait fallu agir… avant !

ERREUR N°2 : AVOIR DES IDÉES TOUTES FAITES:

Avec des préjugés, des certitudes ou l’idée préconçue sur ce que sera votre future retraite, vous risquez fort d’être “à côté de la plaque” !
Les exemples type de ces idées préconçues sont souvent :

  • “Je ne toucherai rien”…
  • ” Tant que je n’ai pas atteint le taux plein je ne fais rien” …
  • “Les rachats de trimestres sont très chers”…
  • “Dans mon activité ma retraite est à 67 ans minimum”…
  • “Je ne peux pas prendre ma retraite parce que je souhaite continuer mon activité…”…

Toutes ces réflexions sont des réactions que nous entendons quotidiennement. Certaines affirmations sont même devenues pour nous des grands classiques !
Ce sont des idées préconçues et fausses la plupart du temps !
Les solutions existent, mais les dispositifs sont très méconnus, et les mauvais conseilleurs sont légion !
Votre voisin, votre beau-frère ou votre boulanger vous donnera forcément son avis… mais erroné la plupart du temps.
ET VOUS ? dans quelle situation êtes-vous ? Contactez-nous dès maintenant, afin de vérifier si une éventuelle expertise Audit/Conseil de vos droits est nécessaire pour vous.

NOTRE CONSEIL :

La première chose à faire est de vous débarrasser de vos certitudes, et de vous poser les bonnes questions !
Demandez-vous si vous êtes suffisamment expert dans le domaine de la retraite pour prendre une décision seul.
Auto-évaluez (en toute lucidité) vos réelles connaissances réglementaires et votre niveau d’expertise technique en matière de retraite.
Faites votre “auto-critique”. Repérez une éventuelle tendance à “faire l’autruche”, ou à considérer que vous avez déjà les réponses, et que les choses sont écrites d’avance, et qu’il n’y a aucune autre voie que celle que vous avez déjà envisagée.

Acceptez de voir la vérité en face :

L’OPTIMISATION RETRAITE N’EST CERTAINEMENT PAS VOTRE MÉTIER … !

Au minimum, il faut imaginer que des opportunités peuvent exister…le reste, nous nous en occupons !

ERREUR N°3 : SE TROMPER DE PRESTATAIRE !

Evidemment, vous faites confiance depuis des années à votre conseil habituel, qui peut être par exemple, et tout naturellement votre Expert-comptable.
Vous lui accordez certainement une fidélité sans faille, peut-être le sollicitez-vous sur tout, vous ne prenez aucune décision sans son aval ?
Vous avez peut-être raison, nous sommes les premiers à penser qu’un bon conseil est toujours moins coûteux qu’une mauvaise décision !
Mais le problème est le suivant : si votre expert-comptable est évidemment très précieux pour établir, suivre et gérer vos problématiques financières et comptables (et parfois plus), il n’est évidemment pas expert dans tous les domaines, et c’est bien normal.
L’Expertise Retraite est un métier à part entière et ne s’apprend ni à l’école, ni au sein des cabinets d’expertise comptable, ou chez les assureurs, même si certaines structures s’allouent parfois les services en interne d’un logiciel automatisé ou d’un juriste chargé en de se dépatouiller sur ce sujet… Malheureusement avec parfois beaucoup d’approximation !
Tout est donc affaire de spécialiste.

NOS CONSEILS :

Conseil N° 1 :
Vous avez un Expert-comptable ? Ménagez-le ! Ne le mettez pas dans l’embarras sur une expertise qui n’est pas sa spécialité. Au même titre qu’il existe des médecins spécialistes, des fiscalistes, des experts dans chaque domaine “technique”, l’expert retraite connait le sujet À FOND et maîtrise les procédures, les astuces, les manières de faire, au-delà de la simple réglementation.

Conseil N° 2 :
Ne vous contentez pas non plus des traditionnels “bilans retraite” qui constituent 99% des prestations sur le marché, ou les bilans réalisés par certains assureurs, dont le métier est… de vendre des assurances !
S’il s’agit de recopier les données de votre relevé de carrière dans un simple calculateur et d’établir des estimations automatisées de vos retraites, vous n’avez effectivement besoin de personne. Attention aussi aux “fausses expertises” qui font semblant d’auditer les droits d’une carrière mais ne retracent qu’un historique…

Conseil n°3 : (Le plus important !)
OBTENEZ ET COMPAREZ LES RAPPORTS D’EXPERTISE ! De notre côté, nous n’avons rien à cacher, bien au contraire ! Si nous sommes fiers de montrer des rapports d’étude (réels) en exemple à nos futurs clients, c’est justement parce que nous sommes certains qu’ils feront la différence !

La seule solution pour vous est donc de creuser, interroger, comparer !

  • Demandez qui analyse votre carrière : le “commercial” que vous avez rencontré ? le gérant de l’entreprise ? ou de vrais analystes-experts du Service Technique de l’entreprise… ?

  • Demandez à voir un (ou 2) résultats de dossier d’expertise (réels), et creusez !

  • La reconstitution de carrière est-elle un simple historique (inutile) de vos activités et statuts ou un vrai audit des droits enregistrés caisse par caisse avec enquête sur les justificatifs ?

  • Les anomalies identifiées sont-elles fines (dates exactes, valorisation des droits manquants, possibilités de régularisations et …etc) ?

  • Les régularisations sont-elles traitées et valorisées, les procédures détaillées ?

  • Les calculs sont-ils réalisés sur la base d’une carrière corrigée, après audit & correction exhaustive des droits ?

  • Le rapport d’étude permet-il claire-ment de définir une stratégie, un choix de scénario de départ, un montant + date + processus ?

  •  …etc

Bref, il est PRIMORDIAL de comparer dans le détail, et d’essayer de comprendre qu’il n’y a pas plus trompeur qu’un dossier de type “bilan retraite” pour celui qui ne connaît pas le métier.

Réclamez systématiquement un dossier “exemple” et comparez finement !

ERREUR N° 4 : PENSER QUE TOUT SE FERA TOUT SEUL :

Encore une grosse erreur de croire que vos retraites vont vous être apportées sur un plateau d’argent ! En fait, RIEN n’est naturel…
La retraite des régimes obligatoires, il faut la gérer de A à Z :

  • VOUS devez la demander vous-même ;
  • VOUS devez aller à la pêche aux in-formations ;
  • VOUS devez vous débrouiller pour corriger votre carrière… et assumer vos corrections ;
  • VOUS devez décider du bon moment pour la percevoir ;
  • VOUS devez vérifier si des dispositifs sont adéquats ou intéressants pour vous ;
  • VOUS devez réunir les bons justificatifs (encore faut-il les connaître !) ;
  • VOUS devez vérifier si les montants versés sont justes (comment allez-vous faire ?) ;
  • VOUS devez vous battre avec les caisses, si nécessaire en cas de litige ;
  • … bref, vous en avez du travail !

    Certains décident de gérer leur “dossier retraite” tout seul.
    Oui, cela est évidemment possible… Avec les limites suivantes :

  • Il s’agit très souvent des personnes qui font l’erreur N°2 (“idées toutes faites”), sans s’en apercevoir
  • Ils y passent un temps fou, au lieu de faire leur métier
  • Ils sont parfois très satisfaits du montant de leur retraite… mais n’ont aucun moyen de savoir s’ils auraient pu avoir mieux… ou plus tôt !
  • Ils n’ont généralement aucune idée des autres manières de faire… et ne se posent d’ailleurs même pas la question.

NOTRE CONSEIL :

Laissez faire ceux qui savent !
… et profitez !

Vous avez beaucoup plus à gagner à faire votre métier, et confier votre dossier à un spécialiste qui va optimiser votre situation, et vous garantir que vous ne passez pas à côté de vos droits.

ERREUR N° 5 : FAIRE CONFIANCE AUX ORGANISMES :

Si vous pensez que votre carrière est correctement enregistrée auprès des caisses de retraite, vous risquez fort de passer à côté de gros montants !
Erreurs informatiques, anomalies d’enregistrement par les caisses, erreurs de déclarations de vos revenus, dates d’emploi erronées, périodes de chômage manquantes… etc sont autant d’anomalies qui se cachent quasi-systématiquement dans les carrières !
En moyenne nous pouvons compter 8 anomalies par dossier expertisé, et près de 100% des dossiers que nous étudions comportent des erreurs.

Si certaines petites anomalies ne représentent que quelques euros de perte par mois, l’impact est nettement plus grand si une simple correction vous permet de récupérer des trimestres supplémentaires ou une série de points cadre qui n’ont jamais enregistrés !
La première difficulté est d’avoir l’expertise et la capacité à identifier ces anomalies, à en rechercher les possibilités de régularisation et les bons justificatifs valables auprès des caisses.

NOTRE CONSEIL :

Notre conseil est double :

Ne considérez surtout pas que votre carrière est juste, sous prétexte que le relevé de carrière que vous avez sous les yeux vous déroule un historique correct.

Les anomalies sont parfois difficiles à identifier, surtout pour un non-initié. Vous pourriez bien être surpris !

Ne pensez pas que la vérification de votre carrière est un luxe, qui permettra simplement de gagner quelques petits euros supplémentaires.

En fait, c’est une ABSOLUE NÉCESSITÉ !

Ne pas auditer une carrière, c’est prendre le risque énorme de passer à côté de trimestres potentiels, de solutions stratégiques inattendues, d’une date de retraite modifiée, ou de gros montants de retraite. C’est un mal nécessaire, avant même toute notion de calcul et de conseil.

ERREUR N° 6 : NE PENSER QU’AU MONTANT :

Préférez-vous percevoir : Option N°1 : 1500 €/Mois Option n° 2 : 1750 €/Mois

Évidemment, tout le monde préfère perce-voir 1 750 € !
Mais creusons un peu plus : S’il est nécessaire d’attendre jusqu’à l’âge de 65 ans pour percevoir ces 1 750 € mensuels alors que les 1 500 € sont accessibles dès vos 62 ans, tout en poursuivant librement votre activité professionnelle, quel sera alors le meilleur choix ?
En optant pour le choix n°2, et donc en se focalisant uniquement sur le mon-tant mensuel, vous perdez directement 54 000 € !!

En effet cela représente le manque à gagner que vous ne percevrez JAMAIS entre 62 et 65 ans (soit 1 500 € X 36 mois).
Par la suite, il vous faudrait 18 années pour compenser ce manque à gagner grâce aux 250 euros de différentiel que vous percevrez en touchant 1700 euros/mois… soit un point d’équilibre des gains à 83 ans ! Un peu tard, non ?

NOTRE CONSEIL :

Oubliez (presque) le montant de vos retraites !

Evidemment c’est un élément important, mais c’est une erreur de se focaliser uniquement sur le montant, en occultant les autres paramètres :

• Date de perception ?
• Possibilité de cumul emploi-retraite ?
• Souhait de continuer à travailler ?
• Conjoncture économique et baisse de revenus d’activité ?…

Si on ne regardait que le montant des retraites, alors pourquoi ne pas attendre 95 ans pour espérer toucher une meilleure pension ?

ET VOUS ? dans quelle situation êtes-vous ? Contactez-nous dès maintenant, afin de vérifier si une éventuelle expertise Audit/Conseil de vos droits est nécessaire pour vous.
Pour nous contacter : contact@laclef-retraite.fr
www.laclef-retraite.fr – Tél. 04 27 50 20 01

Echangeons sur votre situation !

04 27 50 20 01

Cabinet La Clef Retraite

Château de l’Aumerade, Route de Puget Ville,
83390 Pierrefeu du Var

Vous avez la certitude de prendre votre retraite au meilleur moment et de la meilleure manière possible, en étant la garantie que tous les différents cas de figure ont été analysés.

Notre équipe s’occupe de tout pour que vous soyez -enfin- serein sur ce sujet !